Chirurgie cardiaque et vasculaire

Chirurgie cardiaque et vasculaire

La chirurgie cardio-vasculaire

La chirurgie cardio-vasculaire est la branche de la chirurgie qui traite les maladies et traumatismes atténuant le cœur et les vaisseaux. Le cœur étant, bien évidement, est le muscle responsable de la circulation du sang riche en oxygène provenant des poumons vers tous les organes du corps humain et faire évacuer en retour le dioxyde de carbone CO2. Ce fonctionnement est semblable au fonctionnement d’une pompe mais sous forme de contractions rythmiques s’adaptant aux besoins et au rythme du corps.

Nous définissons, en ce sens la chirurgie cardiaque en tant qu’une intervention médicale touchant toutes les composantes du cœur : les oreillettes, les ventricules, les quartes valves (aortique, pulmonaire, mitrale et tricuspide), la membrane intérieure ou l’endocarde, le muscle cardiaque ou le myocarde et enfin le péricarde qui est la membrane enveloppant le cœur.

Par ailleurs, la chirurgie vasculaire porte sur les vaisseaux sanguins du corps humain, artères et veines intimement liés au cœur par leur fonction du transport du sang riche en Oxygène et nutriments, deux éléments primordiaux pour la survie de l’être humain.

Ainsi Les opérations chirurgicales cardio-vasculaires sont très variées depuis le pontage des artères jusqu'à la greffe du cœur.

Les cardiopathies ou pathologies cardiaques

Les maladies et anomalies touchant le cœur et les vaissaux sanguins sont nombreuses. Toutefois, nous pouvons les regrouper en deux grandes catégories :

Les Cardiopathies congénitales : ou encore les malformations et maladies présentes dès la naissance mais ne sont pas héréditaires. Parmi ces maladies nous distinguons la communication inter-ventriculaire et inter-auriculaire, la persistance du canal artériel, les anomalies de la valve pulmonaire comme l’atrésie, la sténose, la tétralogie de Fallot et la transposition des gros vaisseaux etc.

Les pathologies non- congénitales : regroupent toutes les maladies touchant une personne ayant un système cardiaque normal à la naissance. Nous citons à titre d’exemple : l’hypertension artérielle, l’insuffisance et le rétrécissement mitral et aortique, les inflammations et les infections du cœur (l’endocardite, la péricardite, la myocardite et la pancardite), l’infarctus du myocarde, les thromboses veineuses profondes, les cardiomyopathies comme la cardiomyopathie dilatée, la cardiomyopathie hypertrophique, la cardiomyopathie restrictive, les tumeurs cardiaques comme le myxome, le lipome, le fibroelastome etc.

Outre les personnes ayant une ou des malformations congénitales, certaines personnes sont invités à consulter un cardiologue dans l’immédiat lorsqu’elles ressentent, des douleurs thoraciques fréquentes ou suite à des exercices sportifs intenses, des palpitations, un gonflement et des douleurs anormales au niveau des jambes, des douleurs épigastriques répétitives, des toux anormales et d’origine non pulmonaire etc.

S’ajoutant aux personnes ayant les symptômes suscités les sportifs, les fumeurs, les personnes ayant des traitements à moyen et long terme par des anti-inflammatoires ou corticoïdes, les personnes ayant un rhumatisme chronique ou une insuffisance rénale etc.

Les Bonnes pratiques préventives

A la différence de certaines parties du corps humain le disfonctionnement, même momentanée, du cœur peut engendrer directement le décès. En effet, une fracture au niveau du poignet ou de la cheville n’empêche pas une personne de vivre mais une crise cardiaque soudaine peut mettre fin à la vie si elle n’est pas prise en charge en urgence.

Dans cette perspective, certaines bonnes pratiques préventives contre les maladies cardio-vasculaires seront élémentaires. Ainsi une alimentation saine, la pratique du sport et la prise des périodes de repos suffisantes constituent la meilleure manière pour maintenir en bonne santé notre système cardiaque et vaisseaux sanguins et pour prévenir plusieurs pathologies cardio-vasculaires sans aussi oublier l’importance d’une consultation préventive annuelle ou semestrielle auprès d’un cardiologue et ce selon l’âge de la personne et son historique médical, mieux vaut prévenir que guérir!