Chirurgie pédiatrique Guinée

Chirurgie infantile Guinée

La chirurgie pédiatrique : concept et pathologies traitées

La chirurgie infantile ou pédiatrique s’intéresse au diagnostic et au traitement de plusieurs pathologies touchant l’être humain durant trois phases de sa vie : la phase prénatale (neuf mois au ventre d’une maman) la phase infantile allant de la naissance jusqu'à 13 ans et finalement la phase d’adolescence (entre 13 et 18 ans).

Durant ces phases, le corps humain subit plusieurs changement physiologiques et psychologiques et est plus vulnérable à une panoplie de pathologies et maladies de différentes catégories : infectieuses, congénitales, héréditaires, cancéreuses etc.

De ce fait, le chirurgien pédiatre a pour mission de traiter les maladies touchant les différentes parties du corps humain de la vie prénatal jusqu'à l’âge de 18 ans. Son intervention clinique peut être, in utero (en phase fœtale ou autre durant les 9 mois de grossesse) néonatale, viscérale, urologique, traumatologique, thoracique, oncologique, gynécologique etc.

Ainsi, la chirurgie pédiatrique étant son champ d’application au traitement :

- des malformations congénitales : le traitement de ce type de pathologies peut être soit en « in utero » avant la naissance pour éviter des complications plus graves au bébé, ou après la naissance en bas âge ou encore à partir d’un certain âge décidé par le chirurgien selon le cas et la physionomie de l’enfant. En ce sens, un nouveau né peut être sujet d’une hernie congénitale des coupoles diaphragmatiques, d’une fermeture incomplète de la paroi abdominale appelée « laparoschisis » ou encore d’une malformation de la paroi abdominale au niveau de l’ombilic. Ces anomalies et bien beaucoup d’autres doivent être prises en urgence pour éviter d’autres complications menaçant la vie infantile.
- Des maladies infectieuses : dont les plus répandues sont les cas d’inflammation de l’appendicite, l’apparition de certaines masses abdomino-pelviennes comme les kystes et les abcès, les infections hépatobiliaires etc..
- Des pathologies tumorales : malheureusement, en bas âge, certains enfants doivent faire face à des tumeurs souvent malignes. Ces atteintes tumorales peuvent toucher plusieurs parties du corps dont les plus fréquentes sont le néphroblastome, qui est une tumeur embryonnaire maligne touchant les reins et caractérisée par la prolifération anormale de cellules ressemblant à celles du rein de l'embryon ; le neuroblastome qui est une tumeur solide extra-crânienne. En ce sens, la prise en charge pluridisciplinaire de ces maladies tumorales est impérative. Le recours à la chimiothérapie et la radiothérapie peut consolider les interventions chirurgicales pour sauver la vie d’un enfant d’une atteinte très menaçante. Ainsi la précocité d’un diagnostic cliniquement détaillé et la prise en charge thérapeutique et chirurgicale ambulatoire de certains cas de maladies tumorales feront bien la différence.

La pédiatrie et les autres disciplines chirurgicales

De part la nature des maladies touchant le corps infantile, le chirurgien pédiatre peut, le cas échant, demander l’avis ou l’assistance d’un confrère spécialisé dans une autre discipline afin d’avoir un diagnostic vigoureusement précis. En effet, analyser et traiter l’état de santé d’un enfant est une tâche extrêmement délicate. Outre, la prise en charge physiologique et psychologique de l’enfant sujet d’une maladie, parfois difficilement curable, il revient au chirurgien pédiatre d’expliquer et de réconforter les parents de l’enfant sur le bilan de santé de leur congéniteur et sur les risques et la marge de réussite d’une intervention chirurgicale sur un corps en pleine croissance.

Le recours à l’aide d’un psychologue spécialisé en psychologie de l’enfant est de plus en plus connu au monde vu l’apport positif d’une telle assistance médicale quant au bon déroulement des phases thérapeutiques, médicales et chirurgicales. Sauver la vie d’un enfant est la mission d’un chirurgien pédiatre en premier lieu, mais une assistance multidisciplinaire sera aussi d’un grand apport.